Matt Boudreau pourrait probablement tripper sur les corneilles, mais il préfère les goélands.

Born and raised à Petit-Rocher, il traîne ses plumes ébouriffées, le fuzz de ses guitares et ses histoires de dérapes ordinaires sur les scènes du Nouveau-Brunswick and beyond depuis une couple d’années.

De 2012 à 2018, il y a eu les concours où il n’a pas manqué de se démarquer, puis les études en musique (pas finies, mais pas loin), pour apprendre à faire sa job comme du monde.

Pis là, en 2018, BAM ! : un premier album.

Avec Goéland, Matt propose un son folk rock hyperactif inspiré de la gueule de Leloup, des hanches de Presley et des birdies de Carl Carmoni. Bien ancré dans son parking mais butinant d’un style à l’autre comme une mouette entre un vieux frite pis l’horizon de la Baie, il chante le monde vu de chez lui, dans une langue qui y ressemble.

Sa plume habile fait cohabiter les charrues de Dauversière, les déprimes du cœur soakées de gin, l’amour comme une bête à apprivoiser et le fromage qui fond sur les poutines. On y rencontre parfois des personnages comme sortis du fond d'une bouteille après une grosse soirée de brume.